<meta http-equiv="X-UA-Compatible" content="IE=8;FF=3;OtherUA=4" />

<meta http-equiv="X-UA-Compatible" content="IE=EmulateIE7" />

Prière

Une dernière fois,

je te dis que je veux croire en toi,

que je ne veux plus être l’arrogant

qui nie et se moque.

Je veux être ton enfant enthousiaste.

O Bien-Aimé, aime-moi, montre-moi que tu m’aimes.

Aide-moi à croire,

à croire malgré mes blasphèmes et mes moqueries

qui sont douleur et vengeance de ne pas croire en toi.

Oui, mon cas, le cas du dérisoire que je suis,

c’est affaire entre moi et toi,

j’ai l’impertinence de le dire.

 

Aide-moi,

aie pitié de Ton orphelin,

aie pitié de ce sourire que je T’adresse

en ma quatre-vingt-quatrième année.

De tout ce cœur qui va bientôt cesser de battre,

je veux croire de toute mon âme,

croire en Toi et en Ton amour.

Ne vois-tu pas que je dépéris de Ton silence ?

Dieu de justice,

j’en appelle à Toi contre Toi. (…)

Mène-moi vers les eaux du repos.

Aie pitié,

n’oublie pas que je suis de la maison d’Aaron.

Aie pitié de cet infidèle

qui n’a pas eu la chance d’une foi transmise.

 

Je n’attends ma foi que de toi.

Est-ce une faute de n’attendre que de toi ?

 

Albert Cohen.

Extrait de « Prier n° 266 »

 Je veux croire en toi